26/06/2010

de Broc à Marielle - 6 avril 10

Excellente nouvelle :
La voisine du doyen, qui voulait partir et ne supportait pas les avions au-dessus d'elle et l'isolement par manque de transport en commun, va enfin être relogée, avec une chambre pour chacune de ses filles.
Elle est ravie et le soleil ajoute encore à sa joie.

Evidement, pour Fontaine, c'est une maison de plus qui va se vider
Cependant, elle voulait vraiment partir contrairement à beaucoup de ceux qui restent.

Bisous

757Broc

de Clara à Marielle - 6 avril 10

Très chère amie,

La vie continue, le printemps est de retour.
La vie continue-t-elle vraiment?
Fontaine n'est-il pas en sursis?
Ne sommes-nous pas tous en sursis?
La vie est faite de choix et de contraintes.

Vivre la mort de son lieu de vie, cela fait quoi à l'intérieur?

La vie continue.

758Clara

25/06/2010

de Marielle à Clara - 1er avril 10

Lumière, très chère Clarté, Clara,

Réponse à la photographie magnifique! (des vitres cassées) du 3/3/10.
“Vivre et porter ses blessures"

Bien sûr, "la douleur est souvent matrice de notre évolution", comme tu l'écris.
Ça fait du bien aussi quand elle s'adoucit un peu.
Ça permet, comme tu l'écris encore de "se relever et grandir".
Clara, donne s'il te plait la force aux habitants de Ho Ho de réaliser ce magnifique programme.

Bisous magnifiques qui tiennent debout !

Photographie : 1er mars 2010. Salon de Provence. court de tennis.

755McBroc

de Marielle à BroC - 1er avril 10

Très cher Broc

C'est avec le soleil et la fraicheur de cette peinture d'enfants sur les jardins ouvriers d'Aubervilliers que cette carte commence. Aujourd'hui, un peu de soleil… entrecoupé de pluie… C'est le printemps…

Comment vas-tu?
As-tu reçu les deux petites boules de neige pour Marie-Laure et Guy? (ça fait longtemps qu'elles sont envoyées)
Super sur ton blogue, les photographies reproduisant les deux premières boules de neige (envois pour Broc et pour Stéphanie).
Elles me plaisent beaucoup, merci bien

Françoise Favretto m'a envoyé sa revue n° 35. Youpi, votre entretien y est bien clair. J'espère que, grâce à lui, tu auras d'autres correspondants pour Ho-Ho, avec de belles rencontres et de belles surprises!
Lu sur ton blogue qu'en Belgique la Poste faisait la chasse aux envois fictifs et aux fausses adresses… C'est peut-être pour cela que tu n'as pas eu la réponse de la lettre du Père-Noël
J'avais demandé au Père-Noël (Service de la Poste française ouvert tout le mois de décembre.) de t'écrire mais…??? Bisous
A Bientôt

photographie : Jardins ouvriers d'Aubervilliers/Pantin 02/10

753McBrocR

754McBrocV

24/06/2010

de Marielle à Clara - 31 mars 10

Etre déraciné ou se sentir déraciné?
That is the question!

---

Mercis Facteurs

747McClara1

---

748McClara2

Sage Clara, Douce Lumière,

Ici, la petite flamme brille, dans le bougeoir, sur la table, en sel de l'Himalaya, besoin de se ressourcer et de bonne énergies pou te répondre.
Les questions dans ton courrier du 15/3 résonnent en moi, et tournent en boucle dans la tête :

"Quelle profondeur ont nos racines? Que signifie pour un être humain de se sentir déraciné? Y a-t-il une nuance entre se sentir et être déraciné?"

Toutes ces interrogations, je me les pose à moi-même aussi… Car, ce questionnement ressemble à celui de l'histoire de ma famille.
Mais, parler de ce déracinement, c'est soulever des tabous, on n'en cause pas, car il y a la honte, mêlée à une guerre perdue, où l'on n'a pas le droit de dire qu'on souffre de son exil, car on est assimilé à ceux qui ont exploité les autres en volant leurs terres, leur territoire.

Manège Arles photo de cet animal pour te dire que le week-end de Pâques c'est la Féria.

---

749McClara3

Et, pour ne pas être encore plus rejetés, il faut se taire et baisser la tête.
Les guerres sont horribles. LEs chefs d'états décident, dirigent, font faire le sale boulot aux autres, les petites gens.
Attention, je ne remets rien en question. Il est essentiel et juste d'avoir libéré les peuples d'Afrique de l'empire colonial. Et, je ne suis ni pour les uns, ni pour les autres, ni même pour les idées de ma famille. Je défendrai toujours les Droits de l'Homme, la Liberté, l'Egalité, la Fraternité, c'est certain.

Alors, voici mon histoire :
(et ils sont nombreux à avoir la même histoire)
Mes proches étaient très pauvres. Ma grand-mère maternelle a commencer à travailler à 9 ans (ménage, cuisine chez des riches colons). Mon père et sa mère étaient dans une grande misère et ne mangeaient pas à leur faim. Et, bien sûr, tous ne sont pas allés longtemps à l'école. Donc, aucune ouverture sur le monde, aucune réflexion possible, aucun éveil à la citoyenneté, aucune conscience de l'exploitation de l'homme par l'homme.

Manège d'Arles. La semaine prochaine ici, ça va déménager… Moi, je n'aime pas cette ambiance de Feria

---

750McClara4

En revanche, il y avait une grande entraide et solidarité naturelles avec les familles habitants dans leur immeuble et dans leur quartier. Et, personne ne faisait ici la différence entre les personnes françaises et les personnes algériennes car toutes vivaient cette grande misère et partagaient joie et malheur. Ceux qui mettaient en avant les différences n'habitaient pas ces quartiers, ils étaient riches et avaient le pouvoir, et dirigeaient aussi la politique, rien ne change sous le soleil, n'est-ce pas?
Pendant une dizaine d'année, malgré la violence, en Algérie, les familles pauvres ont continué à y vivre, complètement dans le déni, jusqu'aux jours où leurs voisins algériens leur ont dit de partir, de sauver leur vie, car malgré leur amitié, ils n'étaient pas dans le même camp, et qu'ils étaient forcés (de chaque côté d'ailleurs) de tuer leur propres voisins anciens amis. Quelle saleté la guerre! Et voilà, les familles pied-noires parties sans rien, de toute manière, elles n'avaient rien.
Quant aux riches, pour eux, simples solutions : ils étaient réinstallés depuis longtemps confortablement en France où ils ont réorganisé leurs affaires algériennes en vue de l'indépendance, et ont

Manège Arles : dans la vie, on ne roule pas en carrosse tranquille!

---

751McClara5

gagné un fric fou, tout en se surprotégeant.
La question, que j'ai souvent posée à ma famille, est la suivante :
Comment avez vous pu tolérer, accepter que vos voisins, amis algériens n'avaient pas les mêmes droits que vous?
Réponse : c'était comme ça, on ne se posait pas de questions…
Cette explication me révolte encore aujourd'hui… nombreux enfants comme moi, ont jugé nos parents de leur inconséquence, jusqu'à les traiter de racistes…
Ces familles véhiculent une grande culpabilité à la place de leurs racines… Aucun souvenir d'un lieu bon ou mauvais n'est transmis.
Ces adultes déracinés, ayant occulté leur mémoire, se sont très souvent réfugiés dans l'abrutissement du travail à outrance.
Que nous ont-ils montré? Leur mal-être, leur errance, leur colère intérieure, leurs troubles mentaux, leurs dépressions… des choses fort peu agréables. Evidement, ils nous ont aimés d'une manière un peu tordue, avec une certaine froideur affective.
Mais comment pouvaient-ils faire autrement?
J'ai oublié de te préciser, pour ma famille, mes ancêtres ont déjà été déracinés, une fois.

Pantin/Aubervilliers : métro. Paris février 2010

---

752McClara6

L'épisode algérien était une répétition. Nos origines sont italiennes d'une petite île en face de Naples. Mes ancêtres étaient paysans, ils crevaient de faim. Ils sont, donc, partis, laissant tout et surtout rien derrière eux, pour tout recommencer en Algérie. Lorsqu'ils sont arrivés dans ce nouveau pays pour y rester, ils ont dû devenir français, on ne leur a pas laissé le choix… Voilà, comment le déracinement se répète…
Et moi dans tout ça? Je suis niçoise, n'étant pas sans racine, mais me sentant un peu déracinée. Je suis citoyenne du monde, complètement méditerranéenne, essayant d'apprendre par moi-même cette culture et essayant, si possible, d'agir en adulte responsable pour le respect de l'être humain, pour la paix, la tolérance, le partage.

Excuse-moi, Clara, comme cette lettre est longue et comme j'ai parlé de la famille et moi…
Il faut protéger les familles de Fontaine, il faut rendre la dignité aux adultes habitant ici. Car, non seulement eux doivent réagir, mais aussi il faut absolument qu'ils transmettent à leurs enfants des choses positives.
Il faut que ces futurs adultes de demain rayonnent de lumière, de ta lumière

Bisous lumineux

Pantin/Aubervilliers : jardins ouvriers février 2010

23/06/2010

de Marielle à Clara - 29 mars 10

 

Des questions
Des questions

Pour la destinataire

---

Merci Facteurs

---

Lumière, Chère Clara, toute belle douce,

“Quelle est donc cette force à l'intérieur des personnes, qui les pousse à rester? Que veut-elle exprimer?” t'interroges-tu.

Ceux qui résistent, à Fontaine, ont cette force intérieure comme ton propriétaire, qui, sur les terrains voisins de sa maison, a semé l'herbe et mis des clôtures autour, comme aussi les instituteurs qui continuent à enseigner, ici, comme ceux qui créent des blogues pour informer les autres sur la situation d'Horion-Hozémont…

Quant aux autres personnes, sont-elles vraiment dans une force de résistance?
Ne sont-elles pas trop pauvres, trop accablées par les charges du quotidien pour réagir ou pour changer de lieu d'habitation?

Ma boîte postale : photographie. Fourchon Arles

---

Aussi, ne crois-tu pas que rester pour certains, est juste une réaction, tout à fait humaine (quand trop, c'est trop) de refuser la réalité et d'être malheureusement dans le déni (mécanisme de défense en psychologie) ?
Et la nouvelle question qui se pose : comment faire pour que ces personnes se relèvent et soient dans quelque chose de positif?
Voici pour te quitter aujourd'hui des bisous de révolte

Fourchon : carte postale du centre de tri avec les boîtes postales dont la 20105

---

PS.

  • J'ai ouvert de nouveau cette lettre, en attendant que ça cuise dans le four (Miam, bon appétit à toi)…
  • Souhait pour les habitants d'HoHo que tu puisses leur faire découvrir leur conscience et leur apporter force et réconfort, merci à toi, Clara.
  • A Foruchon, qu'est-ce que je souffre, c'est froid, anonyme, on est souvent seul face à ces portes bleues…
    Comme je suis nostalgique de la chaleur humaine de Griffeuille !
  • Cependant, l'autre jour, dans la BP, il y a vait un courrier qui n'était pas pour moi, alors, j'ai glissé la tête pour appeler une personne, et deux beaux yeux bleus, et une bouche toute gentille m'ont renseignée et ça m'a fait un bien fou.

Photo : Boîtes postales au centre de tri de Fourchon Arles

743McClara1

744McClara2 745McClara3 746McClara4

22/06/2010

de Marielle à BroC - 27 mars 10

Fenêtre dans la
Fenêtre
pour le
Destinataire :

---

Des mots, des mots, des mots.

Les murs portent les paroles.
Les facteurs portent nos paroles, les boîtes aux rêves font le mur.

et les boîtes n'habitent plus à l'adresse… et vont vers Broc…

---

Très cher Broc,

On devait démolir complètement “Les Serpentines”…
Mais, la mairie, la population, les architectes se sont débrouillés pour faire classer, ces H.L.M., monuments historiques. Et, donc, on ne peut plus les démolir… On peut juste les rénover…

Et, toutes les personnes du quartier rêvent d'avoir un appartement dans ces “Serpentines”… (Ce n'est pas extraordinaire, mais c'est l'histoire, la fierté du quartier…)
Et, effet de boules de neige, décision de rénover tous les autres immeubles du quartier…

Photo : Pantin/Aubervilliers “Les Serpentines” de la fenêtre de la personne nous hébergeant.

---

Parce qu'il ne faut pas croire que démolir des barres HLM des quartiers (appelés banlieues) n'est pas un acte de violence et de mise en scène de cette violence. Combien de fois, les médias sont invités pour venir filmer, photographier les implosions des barres. Et d'ailleurs, à la place de cette manière théâtrale de démolir, il y a d'autres méthodes moins dures… Mais ça serait respecter les autres et on ne veut pas souvent respecter les gens des quartiers populaires.
Il y a un artiste photographe, ayant fait l'école de la photographie d'Arles, étant souvent exposé aux R.I.P. qui sur ses images a montré cette violence de ces immeubles en train d'imploser. Cet artiste a travaillé aussi sur la communauté gitane d'Arles, sur les crieuses d'Avignon pour communiquer avec les personnes de leurs familles en prison. J'ai son nom sur le bout de la langue (promis je te l'écrirai quand il reviendra)

un immeuble ondulé ± rose clair des Serpentines - Pantin/Aubervilliers

735McBroc1

736McBroc2 737McBroc3 738McBroc4

21/06/2010

de Marielle à BroC - 24 mars 10

Merci facteurs !
c'est plus sympathique d'envoyer et de recevoir des enveloppes à fenêtres façon Art Postal plutôt que celles des factures !

Vivre le temps présent :
“Fais ce que tu fais.”
Saint Augustin ou Saint Thomas d'Aquin?
En allumant la radio ce dimanche matin, c'est une des premières phrases entendues. C'est pour toi, Broc.

---

Très cher ami, Broc,

Merci à toi aussi. Ton projet me permet de concrétiser de vieux rêves (marcher en levant les yeux et photographier, aller à la rencontre du banal quotidien, pour en faire surgir sa poésie ou pour hurler des injustices sociales.
Ton projet véhicule du rêve, de la réalité, de l'utopie, de la fiction, des choses cruelles, des choses belles, bref, la vie quoi !

Merci pour les habitants d'Horion de leur consacrer du temps, en te déplaçant à Fontaine et avec cet appel Mail Art, en créant ton blog, pour montrer, aux personnes du monde entier, leurs souffrances, ici à Fontaine.

Chouette, grâce à toi, j'ai appris, un peu, à naviguer sur le net, pour consulter ton blog, tu m'as motivée.
Et puis, merci, tu y archives mes courriers envoyés (détestant l'ordi, comme tu le sais, mettre, par moi-même, des images sur la toile, je ne le ferai pas !)

Donc, mille mercis Broc pour tout.

Rideau + neige fenêtre cuisine Arles 3/10

---

Très heureuse de ton calme olympein, malgré tes obligations d'une tonne de tâches persistantes. Te souhaitant d'arriver à toutes les achever, sans être, toi, K.O., achevé.
Pensées et énergies positives pour les douze mille travaux de… Broc-Hercule.

Espoir, pour les habitants d'Horion et toi, d'une météo plus clémente sans neige, avec un beau printemps, tout doux et parfumé.

Enfin, j'adore l'association poétique de tes mots “mon engagement émotionnel”. Mais que veux-tu dire?
Ton projet artistique, dans ce lieu, provoque-t-il en toi des sentiments vifs comme la surprise, la colère, la joie, l'effroi etc. ?
Et sont-ils vecteurs de création, de prises de position sociale, humanitaire ?…
Ou, peut-être me parles-tu de tout autre chose? Et je n'ai rien compris…
Peux-tu un peu plus m'expliquer ? Ou alors, on garde cette impression de mystère avec toute sa poésie…

Bises toutes simples sans mystère

Neige en train de fondre de ma fenêtre Mars 10

739McBroc1

740McBroc2  741McBroc3  742McBroc4

20/06/2010

de Marielle à BroC - 20 mars 10

La Poésie

POUR UN MONDE DE POESIE

Pour un monde de Poésie à Fontaine Horion Hozémont. Pour un monde de Poésie ici et ailleurs. Pour un monde de Poésie à Fontaine Horion Hozémont pour les petits comme pour les grands.
La Poésie La Poésie La Poésie La Poésie La Poésie La Poésie La Poésie La Poésie […]
de la poésie partout dans le monde car ici c'est mieux qu'ailleurs et ailleurs c'est de la poésie aussi. Pour un monde rempli de poésies, ici et ailleurs, pour la poésie partout dans les rues, dans les arbres, dans le ciel, dans le paysage, dans les cœurs de chaque habitant d'Horion Hozémont car ici c'est mieux qu'ailleurs ou la Poésie Partout de la Poésie de partout. Tout est poésie ici et ailleurs de la poésie de la poésie de la poésie poésie

---

Bonsoir Broc,

“de Bric et de Broc, ton paysage”
Réponse à la carte du 3/3 (jour d'anniversaire de mon amie pétesse, Hélène Sanguinetti, Femme engagée* dans l'écriture).

Sur cette photographie, deux boîtes aux rêves de Salon de Provence, prise rapidement à la fin d'un stage… (lundi 1er mars 10)

Tu sais, les paysages changent selon les saisons, d'abord. Et ensuite, bien sûr, les êtres humains agissent sur le changement des paysages. Parfois c'est heureux, parfois c'est malheureux. Or, sur l'échelle du Temps, c'est la Nature qui est la plus puissante…

* Pas au sens militant

---

Réponse à ta carte “des avions, des avions, encore des avions, mais des oiseaux aussi”.

Aujourd'hui, soleil de printemps, ici, enfin, ça fait plaisir.

Tourterelles et moineaux m'accueillent devant l'entrée de l'immeuble. Youpi!

Comme s'est passé la présentation de Fontaine à ton amie étudiante?

Bien sûr, les voyages intérieurs ça fait le plus grand bien, comme lorsqu'on ouvre un livre et qu'on s'y plonge dedans.

Bisous Poétiques

731McBroc1

732McBroc2  733McBroc3  734McBroc4

18/06/2010

Poste restante

Une découverte au coin d'une page web ; un film que j'aimerais voir :

"Poste restante" de Christian Tran • France, 2005 • 79 mn

"Albon… ! 165 habitants au cœur du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche… une mairie… une école publique… une poste… oui, mais une poste « restante », une poste qui n’a plus lieu d’être, une poste qui coûte cher, une poste « cible » de l’aménagement du territoire et de la restructuration du service public…

Henri-Paul, receveur à la poste, nous entraîne à la rencontre de ceux qui mettent en œuvre des actions, qui inventent des stratégies et s’opposent au discours libéral omniprésent.

Poste restante utilise les armes mêmes des citoyens et des maires qu’il met en scène : la preuve concrète, la parole juste, l’humour libérateur, le respect des hommes et des choses. Et voilà que les évidences construites par les médias s’inversent, les faibles deviennent forts, les démodés deviennent modernes, et les puissants deviennent ridicules."

730privatisation

16/06/2010

de Marielle à Clara - 24 mars 10

Ma chère Clara,

“Quelle est donc cette force, à l'intérieur des personnes, qui les poussent à rester?” t'interroges-tu.

Ici, sur la photo, à Aubervilliers/Pantin, il y a des travaux de rénovation des bâtiments appelés “les Serpentines”. Ces immeubles sont très laids, cependant, c'est une prouesse architecturale unique, car, l'architecture est ondulée, et au début des années soixantes, c'est extraordinaire. Et, à cette époque là, on est fier d'habiter un quartier aux immeubles neufs et modernes avec des grandes pièces. Y habiter c'était réparer quelque chose dans sa vie, parce qu'on arrivait de la campagne, parce qu'on avait tout perdu en Algérie, parce que les anciens étaient restés dans leur pays.
Pourquoi restent-ils ici? Pourquoi ne veulent-ils pas qu'on démolisse tout ? Pour ne pas casser leurs rêves. Pour ne pas tout recommencer une fois de plus

L'Homme à besoin

  • de son histoire
  • de rêves et
  • de ses racines

Bisous de rêves humains

728McClara

de Marielle à Stéphanie - 24 mars 10

Chère Stéphanie, Bonjour,

EN GRÈVE!
on EN CRÈVE du manque d'emplois, des suppressions des postes et du démantèlement du Service Public, de la rivalité (manipulation pour nous diviser) entre le public/le privé… etc…

Donc, aujourd'hui, je ne suis pas au travail ; pour cette journée d'action inter-professionnelle, je fais grève!

J'espère Stéphanie que si vous étiez dans mon pays, citoyenne et maman, vous seriez solidaire avec les institutrices de vos enfants, avec les employés des transports en commun, avec les infirmières…

Je vous embrasse avec solidarité.

Photo : école entre Pantin et Aubervilliers, février 2010

En Europe nous sommes tous sur le même bateau coulant,
À QUAND DES GRÈVES européennes?

729McSteph

15/06/2010

de Pat à Stéphanie - 23 mars 10

non, aux expulsions en cette fin d'hiver !

que le printemps redistribue des logements appropriés à tous.

726PatStephR

727PatStephV

de Pat à BroC - ? mars 10

Je n'habite plus à l'adresse indiquée,
tu n'habites plus à l'adresse indiquée,
nous n'habitons plus à l'adresse indiquée.

Ci-git, un lieu de mémoire…

722PatBrocR

723PatBrocV

de Pat à Clara - 22 mars 10

non, aux "Clara" and Co…
non aux terrains clos
non aux barbellés . OGM !

Que le printemps puisse revivre
des cultures saines !

724PatClaraR

725PatClaraV